Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 01:02

Suite à la publication dans la Gazette du Palais et relayée sur le site du CNB, le trouble était jeté concernant les voies d’accès à la profession d’avocat.


Classiquement la voie royale pour devenir avocat était le doctorat. Les étudiants passaient leur DEUG, puis la licence, leur maitrise et obtenaient un doctorat après leur thèse.


Peu à peu l’examen d’entrée est devenu la règle.

 

Le CRFPA est alors désormais le nouveau passage logique vers la profession d’avocat (suivi deux ans plus tard du CAPA qui cause a priori moins de trouble).


Depuis peu, le projet de restriction de l'accès à la profession entamé par le CNB était clair et a chamboulé bon nombre de doctorants (et d'étudiants plus globalement) :


« La Chancellerie, saisie par le Conseil national des barreaux, réfléchirait à une suppression de l'examen d'entrée aux écoles d'avocats dont bénéficient aujourd'hui les docteurs en droit. Le collectif pour une valorisation professionnelle du doctorat en droit s'élève contre un tel projet.


Le Conseil national des barreaux (CNB), réuni en assemblée générale les 15 et 16 juin derniers, s'est prononcé en faveur de la suppression de la dispense d'examen d'accès au centre régional de formation professionnelle des avocats (CRFPA) au profit des docteurs en droit. L'institution a saisi le ministère de la Justice afin de demander la disparition de cette dispense ».


Or la semaine dernière, la Chancellerie s’est manifestée, soumettant au CNB un nouveau projet concernant la passerelle visant l'accès à la profession des hommes et femmes politiques.

« Mais le garde des Sceaux [MME TAUBIRA sic] ne reviendra pas, en revanche, sur la dispense d'examen en faveur des docteurs en droit, comme le souhaitait le CNB ».


Les arguments mis en avant étaient principalement l’inégalité pour les candidats à l’accès à la profession d’avocat, et le nombre trop élevé d’avocats (à ce sujet, voir page 16 de cette étude datant de 2010 : http://www.coe.int/t/dghl/cooperation/cepej/evaluation/2010/2010_pays_comparables.pdf). 


Bref, après une réflexion sur un éventuel numerus closus et la volonté de restriction de certaines passerelles, on commencerait presque à se sentir de trop sur les bancs des facs.

 

Le CNB se montre peut-être trop conservateur (lire à ce sujet notamment : http://www.actu.dalloz-etudiant.fr/le-billet.html 

Partager cet article

Repost 0
Published by les-etudes-de-droit
commenter cet article

commentaires

Avocats 13/02/2014 13:18

Je suis d'accord avec vous pour la remarque des hommes et femmes politiques

Cabinet d’avocat Montréal 29/05/2013 21:23

à mon avis, tout docteur en droit peu être avocat, il lui faut juste un stage peu etre, il ne faut pas trop baricader les professions relative au droit : notariat, barreau ...

les-etudes-de-droit 29/05/2013 22:59



Surtout si la personne est compétente et a pu faire ses preuves!



Chirinne 07/01/2013 11:34

Restreindre l'accés de la profession d'avocat à l'égard des doctorants parait injustifié par le prétendu motif de "sur-capacité numéraire de candidats" à l'heure où simultanément, le barreau est
"donné" aux hommes politiques qui souhaitent réaliser une reconversion professionnelle, et cela sans même que ne soit exigé le moindre cursus en droit. Le CNB ferait donc mieux de cesser son double
discours, chacun voit l'opportunité qu'offrent les hommes politiques devenus avocats en terme de capital relationnel, notamment pour les cabinets affairistes...

les-etudes-de-droit 14/01/2013 22:43



Par ailleurs, la FR est l'un des pays d'Europe ou le nombre d'avocats par habitant est le plus faible. Notamment comparé aux anglais ou allemand.


Alors en parallèle, de notre côté, je ne considère pas que la judiciarisation en FR soit un problème.


Bien d'accord avec votre remarque sur les hommes politiques par ailleurs...



Présentation

  • : Le blog d'un étudiant en Droit
  • Le blog d'un étudiant en Droit
  • : Pour une conduite active, participative et engageante de ses études de droit à l'université. Soyons acteurs de notre réussite et non témoins de notre déconvenue.
  • Contact

Recherche