Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 18:07

Salut à tous !

    Aujourd’hui, j’ai décidé, suite à une petite discussion avec un ami de démonter, casser, réprouver certains préjugés et autres présupposés sur le Droit, la fac de droit, certains métiers du droit. Pour se faire, je procéderai sous formes de questions réponses.

    Affirmation n°1 : « De toute façon les juges et les avocats (non exhaustifs), ils connaissent la loi et les codes par cœur… »
    Réprobation n°1 : Ce qui apparaît comme une évidence pour certains (les non juristes) apparaît un tantinet éhonté pour d’autres (les juristes, quelque soit leur niveau). Il existe actuellement près de 70 codes différents, chacun coiffant sa matière respective, certains étant divisés en plusieurs parties (4 codes des impôts). Il y a des milliers d’articles par code (le code du travail est exorbitant). Avec la pratique de la Vème République actuelle, des lois, décrets, ordonnances éclosent quasiment chaque jour. Le système juridique tel que nous l’étudions pendant nos 3, 4, 5 (ou plus) années d’études est, à terme, obsolète pour les deux tiers de la matière étudiée : ce qui signifie qu’environ 60% de la matière est caduque en fin de cursus. Certains trouveront ça bizarre, seulement, il faut bien comprendre que le travail des praticiens n’est pas de connaitre la loi par cœur (l’adage « nul n’est censé ignoré la loi » [Portalis] ne signifie pas que l
on doit connaître l'ensemble des lois par cœur, mais quon ne peut invoquer l'ignorance de la loi pour échapper à celle-ci). Leur travail est un travail de recherche et d’information. Ainsi, un bon avocat est un avocat qui sait chercher et qui est au courant des dernières règles de droits applicables ou non applicables à son cas d’espèce : combien d’entre eux se sont fourvoyés en soulevant une règle de droit ou une jurisprudence surannée… Sachez que le 1er reflexe d’un avocat lorsque vous lui présentez un problème de droit est d’aller chercher des renseignements liminaires sur Google… L’investigation précise se fait par la suite.

    Affirmation n°2 : « Pffff c’est nul la fac de droit, c’est trop rigide il faut tout apprendre par cœur et tout… ».
    Réprobation n°2 : Celle-ci ne me froisse même plus à vrai dire tellement elle est lacunaire et erronée. Les études de droit, où qu’elles puissent se faire n’ont pas pour but, encore une fois, de nous faire apprendre toute la matière juridique par cœur. D’ailleurs, l’on a droit aux codes dans certaines matières aux examens (vous me passerez le droit administratif ^^). Le dessein des études de droit est : de nous apprendre à réfléchir, à analyser ; de nous affranchir de nos préjugés, de notre hétéronomie. Un bon juriste est un juriste qui parvient à analyser rapidement le problème de droit soulevé et qui saura chercher efficacement des solutions concrètes à un problème concret. Les praticiens ne sont pas des machines à apprendre, ils sont des machines à traiter l’information, ils sont des interprètes du vocabulaire courant vers le vocabulaire juridique et réciproquement. En dehors de tout cela, il est indéniable que le travail préalable d’un juriste est - tout de même - d’avoir un maximum d’informations et de matière dans son domaine. Etant donné que le droit embrasse à peu près tous les domaines des activités humaine (sociologie, économie, culture…), il est patent que la 1ère (voire la 2ème) année demandera une part de « mémorisation » mais ce n’est pas pénible ni désagréable pour autant. Pource qu’il s’agit de la rigidité/rigueur, c’est indéniable. Les juristes sont généralement extrêmement rigoureux pour chaque mot, chaque expression…

    Affirmation n°3 : « La fac de droit c’est trop dur, y’a 50% des étudiants qui échouent en première année pfff ».
    Réprobation n°3 : 50% !! Non, cela est beaucoup plus, entre 60 et 75% au grand maximum. Mais de quelle manière peut-on lier « l’échec spéculatif d’hypothétiques études de droit » au « taux approximatif de loupés en 1ère année ». La « démonstration » (si tenté que cela en fusse une) est erronée dans son énoncé même… Ainsi, nous allons essayer d’analyser assez cursivement les raisons de ces échecs substanciels.

    D’abord, le choix d’une fac est dans un certain nombre de cas un choix par défaut (35%). La coutume veut que la fac qui recueil le plus d’indécis soit la fac de droit, c’est comme ça, on ne peut rien y faire.

    Ensuite, si l’on compte le nombre de personnes qui s’inscrivent en fac dans le seul objectif de bénéficier de la bourse, et qui donc, par voie de conséquence, ne vont pas en amphi et conséquemment encore loupent leur première année et redoublent (30%), on se rend compte que l’effectif de base regorge de vacuité.
    Nous avons par ailleurs un certain nombre de personnes qui se sont retrouvées en droit parce que les parents les ont poussés ou parce qu’ils pensaient que cela allait leur plaire mais en fait pas du tout (30%).
    Enfin également, et plus légitimement, nous avons ceux que la matière et les cours intéressent mais qui échouent aux examens soit parce qu’ils n’ont pas le niveau, soit parce qu’ils ont été trop stressés soit parce qu’ils ont eut des sujets malchanceux, non attendu (15%). Et c’est certainement ce dernier pourcentage sur lequel, si vous êtes motivé pour étudier le droit, il faut supputer. Sachez que si vous avez un minimum de capacité, en travaillant (plus ou moins selon les personnes) vous réussirez votre 1ère année à tous les coups, elle n’est pas plus difficile qu’autre chose. [NB : les pourcentages cités supra se chevauchent].

    Affirmation n°4 : « Les avocats, c’est ceux qui défendent les gens quand y’a un crime naa ?? »
    Réprobation n°4 : Les crimes, jugés en cour d’assise, représentent à peu près 5% des affaires judiciaires. La spécialisation pénale aujourd’hui est une spécialisation difficile car il y a peu d’affaires (réjouissons-nous en) et donc peu de place, et beaucoup de pénalistes ont du mal à bien gagner leur vie. Le terme avocat rassemble une multitude de spécialisations : droit de la famille, droit privé/public des affaire, droit fiscal, droit de la consommation, droit administratif, droit médical, droit du travail... Tous les avocats ne plaident pas tous les jours aux tribunaux pour des affaires affreusement horribles. Une majorité s’occupent des contentieux entre entreprises, certains s’occupent des divorces, d’autres des infractions au code de la route… Bref, la profession est très hétérogène.

    C’est tout pour cette fois =)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

avocat lyon 15/11/2013 09:20

Bonjour,
Le role des avocats est beaucoup plus important que cela. Selon le serment qu'il a prononcé lors de sa mémoire, il devrait l'appliquer à la lettre.

Présentation

  • : Le blog d'un étudiant en Droit
  • Le blog d'un étudiant en Droit
  • : Pour une conduite active, participative et engageante de ses études de droit à l'université. Soyons acteurs de notre réussite et non témoins de notre déconvenue.
  • Contact

Recherche